Blog

On vous raconte nos voyages

Au sommet du Népal

Nepal_00_Bandeau-Newsletter-Latitudes-Vagabondes

Dans les Annapurnas, on rejoint le col de Thorong Lá, à 5416 m, après 7 jours de trek. C’est un beau challenge pour Bertrand qui effectue son premier tournage à plus de 5000 m !

On entame le dernier chapitre de ce périple à Katmandou, au Népal. La capitale est abimée après le terrible tremblement de terre d’avril 2015. On voit partout des pans de bâtiments écroulés et des briques entassées pour une reconstruction prochaine. On apprend que les Népalais furent à l’origine des premières ‘pagodes’ au XIVème siècle, qui se répandirent ensuite dans toute l’Asie. Malheureusement, sur Durbar Square, la place principale, il ne reste que quelques vestiges debout. La ville reste bouillonnante et regorge de marchés et de temples en son centre. On est surpris de trouver un pays à 80 % hindouiste ; le bouddhisme étant davantage pratiqué dans les hautes montagnes aux abords du Tibet.LIRE LA SUITE

3
1

Sur les routes de l’Inde

Inde_00_Bandeau-Newsletter-Latitudes-Vagabondes

On prend un train de nuit pour Bombay où l'on passe une journée, juste le temps de tourner comme figurants, une scène dans un café, pour un film de Bollywood nommé « Ok Janu » (« Ok chérie ») !

On débarque d’abord à Goa car Rose a pris la décision de se lancer dans une formation de 7 semaines pour devenir prof de yoga (www.brahmaniyoga.com). Nous voilà donc installés pour quelques temps dans ce petit état du Sud de l’Inde et plus précisément à Anjuna, haut lieu de la culture hippie depuis les années 70. On en croise d’ailleurs pas mal, les cheveux grisonnants, qui ne sont jamais repartis ! Depuis, le Flower Power à laissé la place au fameux mouvement techno Goa Trance, au croisement de la culture occidentale et des influences indiennes. LIRE LA SUITE

1
2

D’île en île aux Philippines

Philippines-00-Cuyo-Latitudes-Vagabondes

Seulement aidés de longues palmes nous descendons en apnée à 21 m de profondeur pour Rose et 25 m pour Bertrand. Il faut garder tout son calme et on se sent vraiment seul en descendant au fond. C’est un peu comme plonger vers l’intérieur de soi.

Arrivés à Coron sur l’archipel de Palawan, on grimpe dans notre premier ‘tricycle’, il s’agit d’une moto/taxi avec un châssis métallique permettant d’embarquer jusqu’à 5 personnes ; Chaque chauffeur customise le sien à grand renfort de peinture flashy et de messages religieux, résultat kitch garanti !LIRE LA SUITE

2
2

Le Myanmar, vous connaissez ?

Des fidèles viennent pendant la journée taper la discute avec notre moine Uzadilla, lui laissant des offrandes comme des nouilles instantanées ou du Red Bull…

A peine sortie de l’avion, je découvre un pays totalement différent de ce qu’on a vu en Asie jusque là : les hommes et les femmes portent encore tous le longyi, un habit traditionnel très confortable qui ressemble à une jupe longue. Il y aussi ce maquillage épais et beige porté sur les visages, à la fois attribut de beauté, crème solaire et soin pour la peau, donnant aux Birmanes quelque chose de si précieux. Je suis également marquée par la pauvreté de ce pays resté fermé aux étrangers pendant des décennies.
LIRE LA SUITE

6
2

Notre Laos du Nord au Sud

On participe tous les 3 à un cours de yoga tôt le matin sur le bord du fleuve et on nous parle d’une retraite de yoga de 4 jours, organisée un peu plus au Nord. On saute sur l’occasion...

Vientiane, la capitale du Laos nous paraît d’un calme particulièrement apprécié après la folie de Tokyo et de Bangkok ! Nous y arrivons en train, en compagnie de Maïa, qui s’embarque dans notre voyage pour un mois. Durant quelques jours, on a fêté nos retrouvailles dans les quartiers débridés de Bangkok et il est maintenant temps de prendre la route. On part pour Vang Vieng où l’on s’installe dans une ferme bio qui produit surtout des mûres (et donc de supers milkshakes). On loue des scooters et on se balade dans la superbe campagne au milieu de pics karstiques puis le soir on chill dans les bars qui ont fait le succès de ce petit village. LIRE LA SUITE

1
2

Nos 40 jours au Japon

On tente notre premier onsen, ces bains thermaux qui parsèment l’archipel. Tout le monde se lave côte à côte, assis devant une glace, puis on choisit entre les bains intérieurs ou extérieurs et on se délasse dans 40° d'eau chaude

On apprivoise d’abord la culture japonaise si subtile dans la région de Takayama puis autour de la péninsule de Noto au Nord de l’île principale de Onshu. En traversant de petits villages aux maisons de bois et toits de chaume, entourées de rizières, on découvre un Japon rural qui occupe encore un espace important face aux villes. Ici chaque rue est impeccable, le pays entier est calme et les gens qu’on croise sont tous d’une immense politesse, parfois pesante pour nos caractères latins : quand tu remercie quelqu’un, il te remercie de l’avoir remercié et ainsi de suite, ça peu durer…
LIRE LA SUITE

4
4

1 mois en Chine : on a adoré !

La grande muraille nous émerveille, surtout au coucher du soleil sur le toit d’une des tours de guet où l’on plante notre tente ; niveau emplacement on a jamais fait aussi fort…

A peine sortis de la gare de Pékin, des énormes caractères rouges clignotent sur de grands buildings, des vendeurs un peu partout et une foule bruyante… Ça y est, on est bel et bien en Asie !

On passe deux semaines dans la capitale chez Stéphane, une connaissance qui nous prête son bel appart et que l’on remercie chaudement. On le croise avant son retour estival en France pour les vacances, juste le temps de partager ensemble des bouchées vapeurs dans un excellent resto, jamais rien gouté de tel ! On tombe sous le charme de Pékin, de ses petites ruelles un peu crades remplie de gargotes et de coiffeurs, les hutongs à l’atmosphère incomparable.

LIRE LA SUITE

2
2

Au galop dans les steppes de Mongolie

Tous les soirs on installe nos campements dans des coins idylliques, près d'une rivière où on peut se laver. Les chevaux semi-sauvages viennent aussi nous guetter.

Nous sommes arrivés en Mongolie en bus le 4 Juin et en chemin on a vite aperçu nos premières yourtes qui parsèment toute la steppe de taches blanches.

Arrivés à Oulan-Bator, on découvre des bâtiments récents mais déjà défraichis, une circulation hyper dense et des klaxons à tout va. On passe une semaine à La Petite Marmotte, une auberge tenue par Vincent, où l’on rencontre une bonne bande de Français et de Suisses avec qui on se motive pour courir les 10 premiers km du marathon d’Oulan-Bator !

LIRE LA SUITE

0
2

A bord du transsibérien

Les paysages se succèdent et se ressemblent : des forêts de bouleau, de grandes plaines, des izbas joliment peintes et bien entretenues ou bien des villages aux abords des rivières. Partout les gens cultivent un potager.

A la suite de deux jours passés à Kazan, on monte dans le train à 2h du matin après avoir passé la soirée dans un bar à régler la suite du voyage en sirotant un délicieux thé avec des agrumes et leur jus. A notre réveil, on sympathise avec Nazim un jeune philosophe venu d’Azerbaïdjan. On comprend qu’il rejoint sa femme et s’arrête dans la matinée dans une petite ville entourée de forêt. LIRE LA SUITE

0
4

Couch Surfing à Saint-Pétersbourg

on va chez nos premiers hôtes couch surfing du voyage : Alina et Alexander, qui vivent sur l’île de Petrogradskaya, de l’autre côté de la Néva

Le 5 mai 2015, on décolle pour la Russie, direction Saint-Pétersbourg qui est l’ancienne capitale, la deuxième ville du pays et toujours la capitale culturelle. Quand on sort du métro on a vraiment le tournis quand on réalise que les 6 prochains mois (en gros jusqu’à l’Australie) vont avoir un point commun : un alphabet inconnu, des signes qui nous entourent étranges et des gens qui ne parlent quasiment pas Anglais !

LIRE LA SUITE

4
8