D’île en île aux Philippines

Nos chroniques de la Grande Asie

D’île en île aux Philippines

Philippines-00-Cuyo-Latitudes-Vagabondes

Seulement aidés de longues palmes nous descendons en apnée à 21 m de profondeur pour Rose et 25 m pour Bertrand. Il faut garder tout son calme et on se sent vraiment seul en descendant au fond. C’est un peu comme plonger vers l’intérieur de soi.

Arrivés à Coron sur l’archipel de Palawan, on grimpe dans notre premier ‘tricycle’, il s’agit d’une moto/taxi avec un châssis métallique permettant d’embarquer jusqu’à 5 personnes ; Chaque chauffeur customise le sien à grand renfort de peinture flashy et de messages religieux, résultat kitch garanti !On fait une sortie inoubliable en bateau où l’on tombe sous le charme : fonds marins multicolores, plage de rêve, déjeuner de fruits de mer et enfin un lac d’eau turquoise caché au milieu d’une île montagneuse, qu’on élit meilleure baignade de notre vie.

Philippines-01-Coron-Island-hopping-Latitudes-Vagabondes

 

On rejoint Linapacan en ‘bangka’, ces petits bateaux à moteur utilisés par les pêcheurs avec deux flotteurs en bambou de chaque côté qui leur donnent un air de libellule ; sécurité un peu douteuse, ils se retournent facilement si on n’équilibre pas le poids des passagers…On vient participer à la construction d’un eco-resort avec Karel, sorte de Robinson illuminé qui a plaqué sa vie au Canada. On arrive avec 4 autres volontaires et plein de vivres avec nous car sur l’île il y a seulement un petit village de pécheurs sans eau potable ni électricité. Aucun bâtiment n’est encore construit mais on a un panneau solaire. On commence par creuser des toilettes qu’on entoure d’une palissade en branches de cocotier. Bertrand organise le nettoyage du plastique sur la plage. Rose s’occupe de la cuisine et c’est la galère : il faut faire cuire des grosses marmites de riz et de légumes pour 10 personnes sur notre feu de plage, qu’on accompagne de poisson frais et de noix de coco. Se serait très sympa si Karel ne passait pas ses journées assis devant son ordi, ouvrant son premier litre de bière chaude à 8h du mat ; le premier d’une longue série… On est donc vite démotivés et sceptiques quand au devenir du projet…

Philippines-02-Benevolat-Volunterring-Latitudes-Vagabondes

Philippines-03-Cuyo-Bangka-Latitudes-Vagabondes

 

Bertrand est pris d’une fièvre subite et pourtant ce n’est pas le genre d’endroit pour tomber malade : on dort sous tente, il n’y a nulle part où se protéger de la chaleur et le premier hôpital est à 2 jours de voyage. Le temps qu’on comprenne que c’est vraiment grave et que les vagues se calment pour prendre un bateau, il se passe 5 jours. A l’hôpital on lui annonce qu’il a la dengue, qui s’attrape par piqure de moustique. Après 3 nuits sur place, on part se reposer au paisible village de Port Barton bordé par une grande plage de sable blanc. On est content d’aller faire une rando ou du kayak de mer quand enfin il va mieux. En tout cas pas de rechute possible comme avec le palu  donc se n’est pas si grave !

Philippines-05-Padawan-Port-Barton-Latitudes-Vagabondes

Philippines-04-Cuyo-Sunset-Latitudes-Vagabondes

 

Pour éviter l’avion, à la fois par conviction écologique et parce qu’on a du temps devant nous, on embarque dans un trajet épique pour rejoindre l’île de Cébu : 3 jours de voyage en bateau au lieu de 3 petites heures de vol ! On regrette notre choix car un typhon nous bloque 48h sur la petite île de Cuyo où on fait escale !

On arrive juste à temps à Moalboal pour le cours de plongée en apnée AIDA2 de deux jours avec Wolfang Dafert où l’on s’était inscrits (www.freediving-philippines.com). Sans bouteilles et seulement aidés de longues palmes nous descendons à 21 m de profondeur pour Rose et 25 m pour Bertrand. Il faut garder tout son calme et on se sent vraiment seul en descendant au fond. C’est un peu comme plonger vers l’intérieur de soi; une expérience passionnant malgré la pluie et le second typhon qui survole l’archipel, décidément !

Philippines-06-Moalboal-Freediving-Latitudes-Vagabondes

 

En se dirigeant vers Bohol, notre dernière île, on se rend compte qu’on a perdu sans explication notre dernière carte bleue. Notre mois aux Philippines qu’on envisageait comme une pause paradisiaque dans notre voyage se révèle en fait le plus difficile… Laurent nous sauve en nous envoyant de l’argent via Western Union. On perd du temps mais on passe tout de même 2 belles journées à se promener à moto sur Bohol. On quitte le pays tout excités à l’idée de rejoindre nos amis de Melbourne…

Philippines-07-Bohol-Motobike-Latitudes-Vagabondes

Rose Debouverie, Janvier 2016

2 Comments
  • Martine et Camille

    5 février 2016 at 22 h 30 min Répondre

    Je vois que malgré les aléas du voyage, vous conservez un moral d’acier. C’est beau la jeunesse ! Dire qu’une bestiole aussi petite qu’un moustique peut envoyer à l’hôpital un grand gaillard ! C’est dingue et pas seulement la dengue !
    Continuez à nous envoyer vos impressions et photos de rêve, nous vous lisons avec grand plaisir
    Bonne continuation, bonne santé à tous les deux,
    Nous vous embrassons.
    Martin et Camille.

    • Bertrand Sinssaine

      6 février 2016 at 21 h 12 min Répondre

      Merci beaucoup. On est heureux de ce récit te plaise Martine ! L’Asie nous réserve tant de surprises, qu’à chaque pays on entame un nouveau voyage. En partant aussi longtemps, on essaye aussi d’avoir un rythme cool pour ne pas s’épuiser et tenir le coût sur la durée; déjà 9 mois dis-donc !
      Bises,
      Bertrand

Ecrivez un commentaire !