Title Image

Wwoofing en Argentine

Nos Chroniques d'Amérique du Sud

Wwoofing en Argentine

un grand terrain entouré par les montagnes, qui abrite une belle maison, un atelier, deux potagers, un poulailler, une étable, un bois… bref, tout ce qu’il nous faut.

On file vers El Bolson et c’est dans la voiture d’un avocat qu’on traverse pour la dernière fois la pampa en stop. Victor est aussi un grand amateur de reggae ! Une fois en ville, on se met à la recherche d’une ferme où passer quelques jours en attendant Maïa. A la feria (marché artisanal), on rencontre Eugénie et la chance nous sourit ! Elle nous propose de venir travailler le lendemain à la ferme du CIESA en échange de quelques légumes. On accepte avec joie. Le CIESA est une petite ferme tenue par Fernando, un ingénieur agronome qui met en pratique des techniques d’agriculture bio-intensives. Son potager est organisé en bandes de dix mètres sur deux, la terre est incroyablement riche, grâce à son usage continu d’humus. Les cultures alternent de saison en saison pour ne pas épuiser la terre des nutriments tirés par un certain type de plantes. Les bandes de culture ne sont jamais laissées vierges pour maintenir un sol vivant et sain.

 

Cinq ou six bénévoles travaillent ici pour des périodes assez longues, dont Eugénie, qui est venue s’installer à El Bolson il y a deux ans, et Mariano, qui nous explique plein d’entrain le fonctionnement du potager. On désherbe avec lui une bande de terre, puis on y plante à la fois du blé et des plantes légumineuses destinés à agrémenter le compost en hiver. Nous sommes ravis de cette belle journée et nous décidons de rester là pour la nuit et la journée du lendemain. La nourriture saine nous fait beaucoup de bien et on adore les pains aux graines de Mariano.

 

Le dimanche, on retrouve Luis et Soledad qui ont tenu leur promesse faite sur la route il y a un mois et demi lorsq’ils nous avaient pris en stop et nous invitent pour un asado maison. L’accueil est chaleureux et la journée inoubliable ! On rit beaucoup et on déguste des viandes excellentes, cuites sur un grand barbecue à la méthode argentine, sur un brasier énorme. Le soir, on mange tous les quatre des pizzas chez Soledad qui est déjà bien enceinte mais semble infatigable. On retourne dormir chez Luis, eh oui ! C’est plutôt bizarre mais chacun possède sa maison car Luis a toujours un divorce sous le coude et il cherche à vendre sa propriété.

 

Le lendemain, on fête l’arrivée de Maïa autour d’une bière blonde délicieuse, à la Cervecería Artesanal El Bolson, une institution ici ! Notre amie voyage depuis plusieurs mois déjà en Amérique du Sud et un nouveau chapitre s’ouvre, puisque nous voyagerons tous les trois pendant un mois. On passe deux nuits dans un camping sympa surtout occupés à se raconter nos péripéties respectives.

 

Nous nous rendons à La Paciencia à quelques kilomètres de la ville pour retrouver les amies woofeuses de Maïa avec qui elle a passé deux semaines dans cette ferme voici un mois. Cette ferme est idyllique : un grand terrain entouré par les montagnes, qui abrite une belle maison, un atelier, deux potagers, un poulailler, une étable, un bois… bref, tout ce qu’il nous faut. La propriétaire n’est pas là et les bénévoles nous proposent de rester quelques jours en mettant nous aussi la main à la pâte. Deux journées de rêve qui me font espérer un jour vivre cette vie… Lever très matinal pour aller traire la vache, puis faire du fromage avec Brittany, charmante Américaine qui se plait tant à la ferme depuis plus d’un mois. C’est un moment gravé à jamais pour un si grand amateur de fromage que moi ! Govi, une jeune Argentine, nous initie à l’éco-construction en nous montrant un documentaire tourné dans le coin, tandis que Céline et Liberto nous donnent des tuyaux sur des bénévolats passionnants au Pérou et en Equateur.

Bertrand Sinssaine, 20 avril 2012

No Comments

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.